#Enfants : Il n’aime pas l’école

Chez les cigognes, on aime te parler de nos expériences. Bonnes ou mauvaises. Et aujourd’hui, nous allons aborder un sujet un peu sensible : l’école.

Alors je vais te parler un peu de mon grand bébé (oui je sais il a 7 ans), pas pour te raconter ma vie en détails, mais parce que j’ai vécu un petit parcours du combattant l’année de son CP qui pourra peut-être intéresser certaines mamans parmi vous.

Illustration_ecole

Alors pour te situer, mon fils a toujours aimé l’école jusqu’en maternelle, même si il ne s’en est jamais caché, il préférait rester avec maman. On me le décrivait comme très en avance sur le plan du vocabulaire et du raisonnement, mais on me disait aussi qu’il ne finissait jamais son travail en même temps que les autres, et qu’il n’y mettait pas toujours de la bonne volonté. Tant et si bien qu’à la fin, la maîtresse et moi ne savions plus si il n’y arrivait pas ou si il ne voulait pas …

Les résultats restant bons je ne me suis pas inquiétée …

Puis vint le CP, changement de classe, d’univers, arrivée de la petite soeur, grande école de niveau pas top malgré tout, changement de repères… Et voilà mon petit garçon devenu solitaire, moyen au niveau des résultats et sans plus aucune volonté d’aller à l’école … Pour te donner une idée, qu’est ce que tu veux pour Noël ? Des jours ou j’ai le droit de ne pas aller à l’école … OK …

Par chance, sa maîtresse de CP était attentive à ses élèves, et m’a alerté très tôt de ce qui semblait à la fois ressembler à son comportement de maternelle en pire, mais aussi à un mal être car il était vraiment éteint. Je suis d’accord que la jalousie et le bébé n’ont rien arrangé, mais elle y voyait autre chose …

La maîtresse RASED nous parle alors de possible précocité … Bon … Je sais que l’on pense tous que nos enfants sont les meilleurs, les plus intelligents, et les plus beaux du monde, mais de là à parler de précocité, j’avoue que dans ma tête, j’ai pensé de suite à la série Scorpion (tu peux te moquer, lol …) et je me suis dit qui dit gros QI dit supers notes, super intelligent et du coup gros problèmes de communication … Cela ne ressemble pas à mon garçon …

Alors nous avons parlé tous les deux, beaucoup, j’ai appelé une psychologue pour enfants et psychologue scolaire, là aussi dans ma tête c’était la camisole, catégoriser l’enfant, moi qui n’avait déjà pas adoré sauter une classe enfant … Et bonne surprise, le bilan, et les conversations avec ces femmes nous ont beaucoup aidé. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas parlé de QI mais de maturité émotionnelle, elles m’ont dit qu’un test de QI n’était pas forcément utile, que l’on pouvait se rendre compte à certaines attitudes à certains comportements, que l’enfant, en fait dans sa tête avait déjà 15 ans … Et que du coup, quand on lui expliquait les choses comme à un enfant de cinq ans ou six ans, il n’y voyait aucun intérêt. Les tests ont certes montré que le QI était légèrement au dessus de la moyenne mais cela n’expliquait pas son désintérêt … Alors j’ai changé ma façon d’interagir avec lui au niveau scolaire, j’ai remanié les cours de la maîtresse en version plus adulte, tout en les incluant toujours dans un contexte qui lui semblait utile … C’est allé mieux.

Et surtout nous avons changé d’école, il est allé dans une structure plus petite, une classe seulement de chaque niveau, plus de facilité à se mêler aux copains, et depuis septembre, même si il est ravi d’être en vacances avec maman, papa, et petite soeur, il aime aller à l’école, il n’est plus en retard pour finir son travail, et quand un point bloque, on reprend notre habitude de mettre en contexte, d’expliquer autrement, et dès qu’il ne se sent plus bébétiser il comprend …

Pourquoi je te parle de tout ça ? Parce que parfois nous sommes désarmées devant certaines difficultés de nos enfants, parce qu’on a pas envie d’entendre d’un enseignant ou d’une personne extérieure à notre famille que notre enfant a “des problèmes”. Mais des fois pourtant, quand on a le nez dedans, on ne peut juste pas voir plus loin que notre nez … Et cela ne veut pas dire que l’on est une mauvaise maman, qu’on a mal fait ou qu’on ne comprend pas … Juste qu’on accepte de ne pas être parfaite nous aussi, et ça c’est plutôt un bon exemple je trouve … Alors n’hésitez pas à vous renseigner, à prendre plusieurs avis, à parler autour de vous en laissant tomber le portrait à quatre épingles des enfants Jacadi parfaits qui sont bilingues à trois ans et qui sont mais tellement en avance … On se fout de ce que penseront les autres, ce qui compte c ‘est le bien être de nos enfants non ? 🙂

Étiquettes : , , , , , , , , ,
Previous Post Next Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares
Magalie & Chloé, varoises

Magalie & Chloé, varoises

Bienvenue sur Au Jardin des Cigognes, un blog de mamans, pour toutes les nanas qui déchirent !