#Maternité : L’hôpital Sainte Musse, Toulon

Comme maman hippie avant moi, je voulais faire un article spécial sur la maternité dans laquelle j’ai accouché, il y a maintenant un moment (oui bon, ça va). Je sais, ce n’est jamais facile pour une future maman de choisir THE lieu et certaines auront peut-être un avis différent du mien, mais je voulais être honnête et t’aider, toi.

Je vais donc te donner quelques détails de mon accouchement, et non pas les détails croustillants, que je garde dans un petit coin de ma tête, mais ceux qui pourront sans doute te faire réfléchir et aimer la maternité. Allez, on y va ?

Illustration_MaternitéIl faut savoir que j’habite à la frontière de Toulon et que mon mari n’a pas le permis de conduire. Oui, oui, tu as bien lu. Moi aussi, je n’en reviens toujours pas. Mais bon. Afin d’éviter tous les ennuis de bus pour lui et les déplacements fréquents au bout du monde pour moi, nous avons choisi ensemble la maternité de Sainte Musse.

D’abord l’équipe gynécologique

Les sept premiers mois, je me rendais au cabinet de mon gynécologue, pour les visites de contrôle. Je l’aime beaucoup, ce gynécologue, mais je savais depuis le début qu’il ne suivrait pas toute ma grossesse et que les deux derniers RDV auraient lieu dans la maternité que j’avais choisi. Alors, sans problème particulier, c’est avec des sages femmes que les examens se sont passés. Elles ont toujours été adorables et rassurantes. Mais suite à mon premier RDV et après la deuxième échographie, je dois aller aux urgences rapidement. Je fais une menace d’accouchement prématuré. Je suis restée à Sainte Musse pendant quatre jours. Un premier séjour qui m’a consolé quant à ce choix de maternité. Tout le monde a été aux petits soins, du personnel de ménage aux médecins. Je suis ressortie avec ordre de ne pas poser le pied par terre (oui, bon, sauf pour aller aux toilettes, qu’est-ce que tu crois) pendant un mois.

Mais cet épisode un peu long passé, deux autres RDV ont eu lieu avec les sages femmes, qui ont écouté mes craintes et mes doutes. Les jours me séparant de l’accouchement se rapprochant, j’étais confiante. Tout allait bien se passer.

L’accouchement : the day !

Je crois que j’ai eu beaucoup de chance, je suis arrivée le 2 janvier au petit matin et il n’y avait personne. Et quand je dis personne, c’est que la sage femme nous a accueilli avec un immense sourire car j’étais la première de la journée (VIP jusqu’au bout). Elle nous a directement proposé la salle de naissance, pour éviter les allers et retours, et nous a demandé de choisir celle que nous voulions. Elle m’a installé le monitoring pendant 20 minutes, confirmant les contractions et m’a dit que j’étais dilatée à 4cm. La phrase magique : « Vous voulez la péridurale ? », suivi d’un grand oui de ma part et je me préparais doucement pour la piqûre (qui pour moi était le moment que je redoutais, en grande phobique des aiguilles).

C’est un anesthésiste avec un bonnet de Mickey ou des dessins y ressemblant qui arrive. Très gentil, il me dit tout de suite que mon mari peut rester si il le souhaite. Regard au mari, du genre, tu n’as pas le choix et on m’assoit sur le lit. La sage femme a été adorable, elle m’a épaulée, rassurée et m’a expliqué ce qui se passait derrière mon dos. L’anesthésiste a plaisanté, ce qui m’a détendue et je n’ai absolument pas senti la piqûre. En dix minutes, plus aucune douleur. Le bonheur.

Le reste de la journée est passé plutôt vite et vers 15H, j’étais dilatée à 10cm. Comme j’ai eu la péridurale très vite, je n’ai pas pu me lever de la journée mais je sais que dans le cas contraire, j’aurai pu demander un ballon pour me soulager.

Ma petite équipe est arrivée pour me préparer et j’ai commencé à pousser. Je me suis fatiguée pendant plus de trente minutes et ce, malgré les encouragements des sages femmes et de mon mari. Seulement, péridurale trop dosée (oui, je sais, mais c’était tellement magique), je ne sentais absolument rien. Du coup, c’est un gynécologue qui est venu m’aider. Il a sorti son équipement, une belle grosse ventouse, genre les toilettes sont bouchées chérie, ne bouge pas … Il a tiré de toutes ses forces, comme pour le jeu de la corde, avec les deux équipes, la boue au milieu, toussa. Heureusement que j’avais la péridurale hein. Et pouf, il ne restait plus qu’à pousser un petit coup et bébé était dehors. Une belle petite fille toute rose (la plus belle, en toute objectivité de maman). Les sages femmes nous ont félicité, le gynécologue également, qui est reparti pour le bloc.

On m’a recousue parce que bébé a tout arraché sur son passage … Miam. Puis on nous a laissé profiter tous les trois de ces premiers moments. J’ai trouvé que toutes les personnes présentes dans la salle lors de l’accouchement ont été d’une extrême gentillesse, elles n’ont jamais été envahissantes, elles ont cru en moi et je les en remercie. Alors que je redoutais ce moment, je pense que l’accouchement a été la partie la plus facile du séjour. J’en aurai fait douze enfants, ahah. JOKE.

Le post accouchement

J’en avais déjà parlé dans un article mais l’allaitement a été long à mettre en place. Peut-être est-ce dû au fait que personne ne m’a aidé à mettre ma fille au sein, dès les premiers instants. C’est de moi-même, après plus de deux heures, que je l’ai installé. Sans savoir. Et j’avoue que ce petit point m’a un petit peu contrarié. Je ne reproche rien aux professionnels qui tournaient de chambres en chambres mais j’aurai aimé un peu de soutien dès le début.

Je suis restée six jours au total, parce que bébé a eu la jaunisse, perdait du poids et ma montée de lait tardait. Je n’ai pas un très bon souvenir de ces moments, parce que j’étais épuisée, que j’ai vu trop de personnes différentes, que j’ai eu de multiples versions de comment s’occuper de bébé, de comment la mettre au sein, si bien que j’en étais perdue. C’est une auxiliaire qui m’a parlé des bouts de sein en silicone, au bout de deux jours et ma belle famille a couru à la pharmacie pour m’en acheter. J’avoue que ça m’a sauvé, même si les douleurs étaient présentes et qu’elles le sont restées un mois et demi.

Je pense que les équipes sont bien occupées et en cela, je ne dirai rien mais je me suis sentie parfois seule, et j’aurai pu arrêter l’allaitement sur cet échec, si je n’avais pas un caractère de cochon (pour une fois, il a été bien utile). Le pédiatre qui s’occupait de ma fille était plutôt froid, ne parlait pas beaucoup et m’a conseillé de voir une orthophoniste car selon lui, bébé avait un problème de déglutition. Je n’ai rien écouté, nous avons eu une petite consultation à la maternité mais je ne suis jamais allée au RDV. J’ai mis tous les échos de côté et me suis écoutée. Et j’ai eu raison. Il faut parfois avoir confiance en soi, surtout dans ces situations.

Malgré tout, je suis tombée sur des infirmières et sages femmes adorables, qui m’ont écouté et m’ont réconforté tout le long du séjour. Au moment de partir, cernée jusqu’au cou, on m’a proposé de rester encore un peu, ce à quoi j’ai dis un grand NON et suis partie, mari et bébé sous le bras. Soulagée.

Voilà mon avis sur la maternité de Sainte Musse. Un accouchement parfait mais des suites de couches plus compliquées. Tout comme maman hippie, j’ai été suivie par une sage femme libérale toute ma grossesse, qui a même pris de mes nouvelles à la maternité et s’est déplacée ensuite, quand je suis rentrée, pour la pesée de bébé et me montrer quelques positions pour l’allaitement. Sophie Barre, cette grossesse n’aurait pas été la même sans vous, merci pour tout ce que vous avez fait !

Et toi, ton séjour en maternité ?

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Previous Post Next Post

Comments

    • Morgane
    • 6 septembre 2017
    Répondre

    Salut !
    Enceinte de 4 mois je suis en pleine hésitation entre la mater de Ste musse et celle de Hyères mais après un 1er rdv a Hyères je ne le sens pas tellement …
    Ton article m’a beaucoup aidé et je pense que maintenant je suis fixée!
    Je voulais te féliciter car il est très bien écrit et avec une touche d’humour ca donne le sourire ! Peut de personne arrive a parler de tout ça en plaisantant a certains moments alors bravo ! 👏😃
    Et merci encore pour ce super article ! 😃

      • Chloé
      • 6 septembre 2017
      Répondre

      Morgane, merci pour ce commentaire adorable 😉
      Tu ne seras pas déçue de Sainte Musse, tu verras ! Mon deuxième accouchement s’est encore mieux déroulé. N’hésite pas à bien t’entourer, et une belle grossesse à toi 😀

        • Morgane
        • 6 septembre 2017
        Répondre

        Merci beaucoup ! 😃
        Oui c’est pas facile a faire des choix et avec les hormones je suis sans arrêt indécise c’est presque énervant ! 😂 lol
        Bonne continuation a toi ! Et bon courage avec tes 2 petits bouts !

    • Shannon
    • 15 novembre 2017
    Répondre

    Merci étant enceinte de 5 mois ton histoire me rassure, car je suis dans la même situation que toi pas de voiture avec mon mari donc c’est vrai que St musse et plus près de cher nous alors merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares
Magalie & Chloé, varoises

Magalie & Chloé, varoises

Bienvenue sur Au Jardin des Cigognes, un blog de mamans, pour toutes les nanas qui déchirent !